La nouvelle forme de salariat sur Youtube et Twitch.

Parlons des interneteurs

La nouvelle forme de salariat sur Youtube et Twitch.

Pour conserver les streamers et youtubeurs chez eux, les plateformes réfléchissent à plusieurs options. Ces réflexions mènent à plusieurs pistes. Notamment celle d’une forme « salariat » avec revenus fixes.

De l’el dorado à l’enfer ?

Au départ, Twitch et Youtube étaient des « el dorado » pour les créateurs de contenus en quête d’indépendance. Aujourd’hui, c’est beaucoup moins le cas.

Les algorithmes sont de plus en plus exigeants et imposent aux créateurs de créer toujours plus. Et de créer « mieux ». De manière plus « ad friendly« .

On a entendu beaucoup de créateurs se plaindre des abus de censure de ces plateformes.

Il est de plus en plus complexe de créer du contenu sur Youtube car la plateforme censure et sanctionne de plus en plus. Il y a des mots interdits à prononcer ou encore des sujets sensibles dont il n’est pas préconisé de parler (covid, sexualité, etc).


Pourquoi ?

Car Youtube, comme Twitch, doit continuer de plaire aux annonceurs et pour cela, ils doivent limiter au maximum les vidéos polémiques qui pourraient faire partir les marques et stopper net leur investissement.

En plus de ce « muselage », Youtube envoie plus régulièrement des rapports au créateur suite à une mise en ligne de vidéo pour juger et commenter le travail du vidéaste : « moins bonnes performances que la dernière vidéo« , « votre vidéo a généré beaucoup moins d’interactions » etc.

Cela joue encore plus sur le moral du créateur qui est déjà obnubilé sur ses statistiques et qui aimerait bien s’en détacher légèrement.

De l’autre côté de la force, sur Twitch, le côté Amazon, propriétaire de la plateforme, continue de se faire sentir.

Pour bien rester référencé et visible, Twitch « impose » des quotas d’heure à respecter pour les streameurs.

Par exemple, quand le prix du sub a été abaissé à 3,9€, Twitch a proposé de payer le manque à gagner aux créateurs sur l’année pour accompagner ce changement de modèle économique.

Mais. Car oui, il y a un mais. La contre partie était d’être en live un minium d’heure / mois pour pouvoir toucher cette compensation. Et c’était, pour les gros streameurs, des chiffres mirobolant.

Au passage, pour pouvoir prendre des vacances sans être « ghost » par Twitch, de nombreux streameurs font appel à des « remplaçants » pour animer leur live pendant leur absence.

Un contrat unique pour les contrôler tous ?

Avec sa plateforme de live « Mixer », Microsoft avait fait trembler le « stream game » il y a quelques années. L’arrivée d’un concurrent de taille avait chamboulé l’ordre établi avec notamment le départ de Twitch de gros streameurs.

Au final, Mixer a très vite déchanté et Twitch a pu tranquillement conserver son monopole.

Cependant, cette expérience a fait prendre conscience que les streameurs sont libres de changement de plateforme à leur bon vouloir.

Pour contrer cela, Twitch réfléchit très sérieusement à proposer à ses streamers des revenus fixes.

Trois programmes seraient prévus mais pour y accéder, il faudra respecter sa part de contrat, à savoir : un certain nombre de pubs + 40h de stream par mois minimum.

Extrait de AIP — Twitch - Millenium

Cela va t-il permettre à plus de streameurs de se lancer à 100% sur Twitch ?

Ce contrat va-t-il « fidéliser » les streamers ?

Nous verrons cela avec le temps.

Retrouvez toutes les tendances 2022 dans le dernier épisode de mon podcast arob@se.

Cet article est une partie des tendances 2022 que je mentionne dans mon dernier podcast « Twitch, Youtube… Bilan 2021 et tendances 2022.

Pour écouter le podcast entier et retrouver toutes les tendances 2022 des influenceurs -> ça se passe ici.

Vignette EP3 podcast arob@se
Youtube, Twitch… Bilan 2021 et tendances 2022.

Tags: , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.